Classification

En quoi consiste la classification?

La classification est le système utilisé pour déterminer si un athlète est en mesure de concourir dans un sport paralympique et pour répartir les athlètes en différentes « catégories sportives » en fonction de leur déficience. Le système de classification a été conçu de façon à ce que les bons résultats obtenus par les athlètes en compétition soient le résultat de leur habilité sportive, et notamment de leur compétence technique, de leur condition physique, de leur concentration mentale et de leurs compétences tactiques. Les athlètes sont classifiés en fonction de leur limitation d’activité, laquelle résulte de leur handicap, appelé « déficience » dans le contexte de la classification.

Évaluation et catégories sportives

Dans chaque sport, les athlètes subissent une évaluation à l’issue de laquelle ils sont placés dans une « catégorie sportive » en fonction de leur fonction physique, intellectuelle ou sensorielle. Les athlètes effectuent des tests standardisés et sont évalués par un comité de classification. Ils subissent en outre des examens physiques, psychologiques et visuels selon la nature de leur déficience. Le processus de classification peut aussi inclure une évaluation technique et une observation sur le terrain. Chaque sport requiert des activités et des mouvements différents et a donc ses propres catégories. Ainsi, un athlète autorisé à participer aux compétitions dans un sport donné pourrait ne pas l’être dans un autre sport. Seuls les athlètes appartenant à la même catégorie sportive s’affrontent.

Statut relatif à la catégorie sportive

Chaque fois que cela est possible, le statut de classification d’un athlète est confirmé avant son arrivée aux Jeux paralympiques. Il est possible que les athlètes dont la maladie évalue ou progresse soient classifiés à plusieurs reprises au cours de leur carrière, notamment lors des Jeux paralympiques, pour s’assurer de leur placement dans la bonne catégorie.

Il existe trois statuts principaux de classification :

Nouveau (N) – Statut attribué aux athlètes qui ont été classifiés au niveau national, mais qui ne l’ont pas encore été au niveau international conformément au règlement de leur sport.

Réexamen (R) – Statut attribué aux athlètes qui ont été classifiés au niveau international conformément au règlement de leur sport, mais qui sont susceptibles d’être réexaminés. Le statut Réexamen peut être attribué à un athlète dont la déficience fluctue ou progresse ou à un jeune athlète qui n’a pas encore atteint la maturité physique.

Confirmé (C) – Statut attribué aux athlètes qui ont été classifiés au niveau international conformément au règlement de leur sport et dont la déficience ne va pas, aux yeux du comité, évoluer.

Qui classifie les athlètes?

La fédération sportive internationale (FSI) de chaque sport régit sa propre classification, laquelle doit être conforme aux Codes de classification et aux normes internationales du CIP. Les athlètes sont classifiés par un comité international de classificateurs accrédités qui sont formés par les FSI. Les critères de classification promulgués propres à chaque sport permettent d’encadrer l’évaluation de chaque athlète.

Les classificateurs sont des officiels agréés qui obtiennent leur titre à l’issue de travaux théoriques et pratiques.

Généralement, un comité de classification se compose de deux classificateurs ou plus qui évaluent chaque athlète.

Qui Peut Prendre Part Aux Compétitions?

Pour faire en sorte que les compétitions soient équitables, une classification a lieu pour s'assurer que les athlètes ayant des capacités fonctionnelles similaires rivalisent les uns avec les autres. 

Sports d'été Amputation/handicap au niveau des membres/différence de longueur des jambes Déficience visuelle/cécité Puissance musculaire réduite (lésion médullaire/spina-bifida) Déficience neurologique (paraluzie cérébrale, lésion cérébrale traumatique) Déficience intellectuelle Petite taille
Boccia X   X X    
Football à 5    X        
Goalball   X        
Para tir à l'arc X   X X    
Para athlétisme X X X X X X
Parabadminton X   X X   X
Para canoë X   X      
Para cyclism (route et piste) X X X X    
Para équitation (dressage) X X X X   X
Judo   X        
Para powerlifting X   X X    
Para aviron X X X X    
Para natation X X X X X X
Para tennis de table X   X X X X
Para taekwondo X     X    
Para triathlon X X X X    
Para tir sportif X   X X    
Volleyball assis X   X      
Basketball en fauteuil roulant X   X X    
Escrime en fauteuil roulant X   X X    
Rugby en fauteuil roulant X   X X    
Tennis en fauteuil roulant X   X X    

 

Sports d'hiver Amputation/handicap au niveau des membres/différence de longueur des jambes Déficience visuelle/cécité Puissance musculaire réduite (lésion médullaire/spina-bifida) Déficience neurologique (paraluzie cérébrale, lésion cérébrale traumatique)  Déficience intellectuelle Petite taille
Para ski alpin X X X X    
Para hockey sur glace X   X X    
Para ski de fond et biathlon X X X X    
Para snowboard X          
Curling en fauteuil roulant X   X X    

 

Pour de plus amples renseignements sur la classification :

Le Mouvement paralympique offre aux athlètes dont le handicap figure parmi les 10 types de déficience admissibles l’occasion de pratiquer un sport :

http://www.paralympic.org/Classification/Introduction

Puissance musculaire affaiblie : Affaiblissement de la puissance générée par les muscles et les groupes musculaires, comme les muscles d’un membre ou de la moitié inférieure du corps, résultant par exemple d’une lésion de la moelle épinière, d’un spina-bifida ou d’une poliomyélite.

Mouvements d’amplitude articulaire passifs réduits : L’amplitude de mouvements dans une ou plusieurs articulations est réduite de manière irrémédiable en raison d’une arthrogrypose, par exemple. L’hypermobilité articulaire, l’instabilité articulaire et les troubles aigus, comme l’arthrite, ne sont pas considérés comme des déficiences admissibles.

Déficience au niveau d’un membre : Absence totale ou partielle d’os ou d’articulations en raison d’un traumatisme (accident de voiture, p. ex.), d’une maladie (cancer des os, p. ex.) ou d’une déficience congénitale d’un membre (dysmélie, p. ex.).

Différence de longueur des jambes : Raccourcissement osseux dans une jambe résultant d’une déficience congénitale ou d’un traumatisme.

Petite stature : Taille en position debout réduite en raison de la dimension anormale des os des membres supérieurs et inférieurs ou du tronc, résultant par exemple d’une achondroplasie ou d’un déficit en hormone de croissance.

Hypertonie : Augmentation anormale de la tension musculaire et capacité réduite d’un muscle à s’étirer, du fait d’un trouble neurologique, comme une infirmité motrice cérébrale, une lésion cérébrale ou une sclérose en plaques.

Ataxie : Manque de coordination des mouvements musculaires du fait d’un trouble neurologique, comme une infirmité motrice cérébrale, une lésion cérébrale ou une sclérose en plaques.

Athétose : Maladie généralement caractérisée par des mouvements déséquilibrés et involontaires et une difficulté à maintenir une posture symétrique, résultant d’un trouble neurologique, comme une infirmité motrice cérébrale, une lésion cérébrale ou une sclérose en plaques.

Déficience visuelle : La vision est impactée soit par une déficience de la structure oculaire, des nerfs optiques ou des trajectoires optiques, soit par le cortex visuel.

Déficience intellectuelle : Limitation du fonctionnement intellectuel et du comportement adaptatif qui se manifeste dans les habiletés conceptuelles, sociales et pratiques, et qui voit le jour avant l’âge de 18 ans.