Comité paralympique canadien
Display Options
  • Font size: A A
  • Display mode:

Escrime en fauteuil roulant

Les escrimeurs en fauteuil roulant s’affrontent au fleuret, à l’épée et au sabre. Leur fauteuil roulant est fixé au sol face l’un à l’autre et les deux adversaires utilisent uniquement le haut de leur corps. Les hommes et les femmes concourent séparément.

L’escrime en fauteuil roulant est un sport paralympique depuis les premiers Jeux à Rome en 1960. Depuis, les règlements ont été adaptés pour respecter l’avancement dans les techniques appliquées pour fixer le fauteuil roulant de l’athlète au sol. Les escrimeurs canadiens en fauteuil roulant ont fait leurs débuts aux Jeux d’été de 2000 à Sydney.

L’objectif en escrime en fauteuil roulant est que l’athlète marque 15 points (ou le plus grand nombre de touches) contre son adversaire. Les athlètes sont reliés électroniquement à une boîte de signal qui enregistre les touches de l’arme. Un point est donné chaque fois qu’un escrimeur touche l’adversaire dans la zone cible.

L’escrimeur avec les bras les plus courts décide si la zone de combat sera à sa distance ou celle de son adversaire. Pendant le combat, l’escrimeur tient l’arme d’escrime dans une main. L’autre main est utilisée pour tenir le fauteuil roulant en se fendant et en récupérant.Les pieds doivent demeurer sur l’appui-pied et l’escrimeur doit demeurer assis.

Dans les rondes préliminaires individuelles, chaque combat dure trois minutes. Le vainqueur est le premier qui réussit cinq touches (ou le plus grand nombre de touches) dans le combat. Cela est suivi par un système d’élimination dans lequel les athlètes s’affrontent dans trois rondes de trois minutes avec une minute de repos entre les rondes. Le gagnant est le premier qui réussit 15 touches (ou le plus grand nombre de touches) dans le combat. En cas d’égalité un combat supplémentaire d’une minute a lieu. Le premier qui réussit une touche est le gagnant. Dans les épreuves par équipe, la première équipe de trois qui réussit 45 touches est la gagnante.

Au fleuret, des points sont réussis avec le bout de la lame et il faut toucher le torse du corps. Au sabre, la zone cible est n’importe quelle portion du corps au-dessus de la ligne horizontale tracée entre le haut des plis formés par les cuisses et par le tronc de l’escrimeur. À l’épée, la cible est tout ce qui est au-dessus de la taille avec un tablier porté sous la taille pour aider à annuler ces touches.

Fédération internationale d’escrime: www.fie.org

International Wheelchair & Amputee Sports (IWAS): www.iwasf.com

Escrime Canada: www.fencing.ca

More Information
Caroline Sharp
Directrice exécutive, Escrime Canada
ed@fencing.ca
(647) 476-2401
Jeff Dunbrack
Haute performance et support aux améliorations des Jeux
jdunbrack@paralympic.ca
613-569-4333 x250