Cunnington fait face à une courbe d’apprentissage

le 3 août, 2015

Tammy Cunnington

Nager a donné à Tammy Cunnington une autre chance de participer aux Jeux paralympiques et un de des premiers tests sera les Jeux parapanaméricains du 7-15 août à Toronto

Cunnington croyait que la route pour les Jeux paralympiques de l’an prochain à Rio de Janeiro passerait par le triathlon quand son entraîneur lui a suggéré d’étudier la possibilité de se concentrer sur la natation. En décembre dernier, elle a participé à sa première compétition de natation, les championnats Can-Am de paranatation à Edmonton.

Les courses de natations aux Jeux parapanam auront lieu au Centre aquatique et complexe sportif panaméricain du 8 au 14 août.

Cunnington a fait face à une courbe d’apprentissage abrupte. Elle est passée de nager 750 mètres en triathlon à une course de 50 mètres.

« Le départ importe plus, la fin importe plus, dit-elle. Tous les sifflets et les portions qui entourent le départ.

« Lors de la première compétition, j’ai regardé les courses préliminaires et les départs. J’ai écouté les bruits pour savoir ce qu’ils signifiaient. C’était difficile. »

Cunnington était une recrue dans la piscine, mais une vétéran en ce qui concernait l’entraînement et le conditionnement.

« Je me connaissais, ainsi que mon corps et mon esprit déjà en place à la suite d’autres sports, dit-elle. C’était tout de même plus facile que commencer à neuf. »

Cunnington avait six ans quand elle a été frappée par une hélice après une collision entre deux avions lors d’un spectacle aérien à Ponoka, en Alberta.

« Je me rappelle avoir été là et je me rappelle avoir été au sol, dit-elle. Je ne me rappelle pas de grand-chose entre les deux. »

L’accident l’a laissée avec des dommages à des muscles et des nerfs dans ses hanches et ses jambes. Elle a l’usage complet de son bras droit plus de son tronc et ses épaules.

En grandissant, Cunnington a continué de pratiquer des sports. Elle a été membre de l’équipe nationale de basketball en fauteuil roulant et elle aime toujours le cyclisme, la planche à pagaie et le ski alpin assis.

Avoir cette base a aidé Cunnington à faire la transition à la natation compétitive, a dit Craig McCord, l’entraîneur national de paranatation.

« Son savoir-faire physique en tant qu’athlète est pas mal solide, a dit McCord. Elle a de très bonnes bases. »

Elle a nagé sept épreuves aux championnats Can-Am Speedo en avril pour obtenir une place dans les équipes pour participer aux récents championnats du monde de l’IPC à Glasgow, en Écosse, et aux prochains Jeux parapanaméricains de Toronto.

« J’étais très surprise de faire l’équipe pour les championnats du monde, a-t-elle dit.

 

Tags: