La famille de Gagné a toujours cru qu’elle était une gagnante

le 15 février, 2016

Priscilla Gagne

La famille de Priscilla Gagné n’a jamais laissé sa déficience visuelle les aveugler quant à son potentiel de réaliser ses rêves. La personnalité exubérante de la para-judoka canadienne, sa confiance et ses succès sont profondément enracinés dans le soutien qu’elle a reçu à la maison.

Gagné a rétinite pigmentaire, un état qui réduit sa vision périphérique et empêche la vision nocturne. Mais cela n’a jamais été un obstacle à sa poursuite du sport.

« Enfant, je voulais toujours faire ce que les autres faisaient en ce qui concerne les sports », a dit Gagné qui aura 30 ans en mai. Elle est née à Granby, au Québec, a grandi à Sarnia, en Ontario, et est maintenant installée à Montréal.

« Quand vous avez un frère plus vieux, je pense que c’est simplement naturel d’être compétitive. Mais mon frère a toujours voulu me laisser essayer de nouvelles choses tandis que les autres enfants étaient sceptiques. ll était mon plus grand partisan. »

Tandis qu’il peignait les balles molles et les rondelles de hockey orange ou construisait des coussins plus grands qu’elle pouvait voir plus facilement, la famille Gagné a toujours paru trouver des solutions pour la garder impliquée.

Priscilla Gagne

« C’était fantastique pour participer. J’aimais cela », a dit Gagné, qui a entrepris la saison de la Coupe du monde de para-judo 2016 avec une médaille d’argent chez les femmes de 52 kilos la semaine dernière à l’Omnium d’Allemagne. « Et ma mère s’est toujours assurée que je portais le bon équipement pour ma sécurité. Nous étions une équipe. »

Sa carrière sportive lui a permis de voyager partout dans le monde en tant que représentante d’Équipe Canada. Le Jour de la famille et le Jour du drapeau sont tous deux célébrés ce mois-ci. Gagné connaît le pouvoir de la feuille d’érable sur la scène internationale.

« Le Canada est très respecté dans les sports internationaux », a dit Gagné, qui se bat dans la catégorie des 52 kg et a remporté la médaille d’argent aux Jeux panaméricains à Toronto en 2015. « Ce qui est aussi excellent pour moi est d’être la première femme concurrente en para-judo du Canada. Les autres pays en sont pas mal excités. »

La route vers Rio en 2016 sera occupée pour Gagné. Elle inclura des compétitions et des camps d’entraînement à Rio, en France et en Angleterre avant la préparation finale pour les Jeux.

Vous savez qu’elle pensera à sa famille d’abord si la feuille d’érable est hissée en son honneur en septembre à Rio.