Une paralympienne canadienne: essayer le para-aviron a changé ma vie pour toujours

le 8 octobre, 2014

Cet article a été reproduit avec la permission de l’auteur

Victoria Nolan

Je suis excitée par cette ressource pour de nombreuses raisons.

C’est spécialement significatif pour moi parce que quand j’étais jeune, les sports n’étaient pas faits pour être accessibles pour moi.

Je pensais que j’étais maladroite et non athlétique, donc j’ai évité les sports pendant la majorité de ma vie. Je devenais aveugle.

En grandissant et alors que ma perte de vision empirait, j’avais de plus en plus peur de quitter ma maison et je devenais de plus en plus dépendante du soutien des autres. Mon estime de moi chutait et j’étais dépressive.

En 2006, les Jeux paralympiques ont eu lieu à Turin et une de mes amies m’a envoyé un article de journal à propos de Brian McKeever, un skieur qui a une déficience visuelle et qui venait de gagner deux médailles d’or. Elle avait écrit une phrase: «Je pense que tu te relâches». Bien sûr elle faisait une blague, mais cela m’a fait réfléchir que je devais essayer le parasport.

J’ai essayé le para-aviron et ma vie a changé pour toujours.

Je n’avais aucune idée à quel point les sports sont importants pour l’estime de soi, le sens de la confiance de la collectivité et la santé mentale aussi bien que la santé physique. La force intérieure que j’ai développée vient du sport et j’aimerais avoir eu la chance de développer cela plus tôt.

Les activités dans cette ressource visent être inclusives par conception. Ce n’est pas inclusif d’avoir une activité alternative pour quelqu’un ayant des besoins différents. L’objectif ici est de concevoir des jeux et des activités auxquels tout le monde peut participer, peu importe sa capacité. C’est ce que j’ai toujours aimé à propos du parasport – quand des problèmes arrivent avec la capacité d’une personne, la réaction immédiate est comment trouvons-nous une manière pour que cela fonctionne?

Non seulement serons-nous capable d’aider les enfants qui vivent avec un handicap à atteindre leur plein potentiel dans le sport, mais cela soulève aussi la sensibilisation pour le parasport puisque les étudiants sans handicap ont une chance d’apprendre de nouveaux sports amusants: goalball, boccia, volleyball assis et athlétisme adapté.

En tant que professeur j’apprécie la manière avec laquelle cette ressource met tous les étudiants sur un même niveau et sur combien les étudiants doivent se fier sur la collaboration et le travail d’équipe.

Quand les étudiants découvrent courir avec un guide avec les yeux fermés, ils doivent développer la confiance et la communication avec leur partenaire. J’ai trouvé, avec les étudiants dans ma propre école, que faire ces activités ensembles crée un nouveau sens de collectivité dans une classe puisqu’ils apprennent à surmonter les défis ensembles.

Je suis très excitée d’aider au lancement de cette nouvelle approche de l’éducation physique; pour inspirer de futurs paralympiens et pour ajouter plus d’inclusion dans les écoles.

La paralympienne Victoria Nolan parle d’un programme du Comité paralympique canadien qui fera sortir les étudiants ayant un handicap des lignes de côté http://canadaam.ctvnews.ca/canadian-paralympian-trying-para-rowing-changed-my-life-forever-1.2012933