Célébrer le Mois de l’histoire des Noirs: Les Canadiens qui ont contribué au mouvement paralympique

De concurrent à entraîneur à guide, les Canadiens Noirs ont fait un impact
Image of three Black Canadian Paralympians - On the left Powerlifter Sally Thomas, in the middle Para athletics gold medallist Dean Bergeron and on the right is Wheelchair Basketball player Blaise Mutware.

Cet article a été mis à jour en janvier 2024.

 

Tous les ans en février, des personnes de tout le Canada participent à des événements et à des festivités à l’occasion du Mois de l’histoire des personnes noires, afin d’honorer leur héritage au Canada et dans leurs communautés.

Le thème du Mois de l’histoire des Noirs 2024 est « L’excellence des personnes noires : un patrimoine à célébrer; un avenir à construire ».

Il s’agit d’un hommage approprié aux riches contributions et réalisations passées et présentes des athlètes paralympiques noires et noirs du Canada et d’un appel inspirant à la prochaine génération d’athlètes paralympiques noires et noirs pour qu’ils aient leur propre impact aux Jeux.

Dans cet esprit, tournons les projecteurs sur les parcours remarquables et l’impact durable des personnes canadiennes noires qui ont non seulement excellé sur la scène internationale, mais qui ont également contribué de manière importante à la croissance et à la vitalité du Mouvement paralympique au Canada.

 

Dean Bergeron

Dean Bergeron célèbre sa médaille d'or aux Jeux paralympiques de Pékin 2008.

Participant à quatre Jeux paralympiques pour en revenir avec 11 médailles, le coureur en fauteuil roulant Dean Bergeron est un des paralympiens canadiens ayant connu le plus de succès. Bergeron a fait ses débuts paralympiques aux Jeux d’Atlanta 1996 avant de participer aussi aux Jeux de Sydney 2000, d’Athènes 2004 et de Beijing 2008. Au cours de son illustre carrière, Bergeron a remporté trois médailles d’or, trois d’argent et cinq de bronze.

Pendant le Super série paralympique Retour en arrière en 2020, Bergeron s’est rappelé son expérience paralympique, dont la finale de 100 m à Beijing 2008 qui est une de ses plus mémorables courses. Après un mauvais départ, il dit qu’il n’a pas abandonné et s’est plutôt concentré sur ce qu’il devait faire – et à la fin du sprint, il a franchi la ligne d’arrivée le premier.

 

La leçon qu’il a tirée de cette course est quelque chose qu’il n’a jamais oublié : « Quand les choses ne vont pas bien, simplement vous concentrer sur ce que vous faites le mieux et donnez la meilleure performance que vous pouvez, et n’abandonnez jamais ».

 

Sally Thomas

Sally Thomas aux Jeux paralympiques d'Athènes 2004.

Sally Thomas a non seulement fait preuve d’une force et d’une résilience inégalées comme athlète de dynamophilie, mais elle a également inscrit son nom dans le livre des records en devenant la première Canadienne à concourir en dynamophilie aux Jeux paralympiques.

Thomas a terminé septième aux Jeux paralympiques de 2004 à Athènes, en plus de ses deux places parmi les 10 premières aux Championnats du monde de dynamophilie du Comité international paralympique en 2002 et 2006, et ce, au cours d’une brillante carrière de dynamophile, qui l’a vue remporter plus de 70 médailles.

 

Deion Green

Deion Green en action pour le Canada aux Jeux parapanaméricains de Lima 2019.

Deion Green a découvert le sport du basketball en fauteuil roulant quand il était enfant en 2000 et a progressé dans les rangs juniors et provinciaux pour prendre sa place comme l’un des joueurs meilleurs au monde.

Green a expliqué à Basketball en fauteuil roulant Canada que son rôle sur le terrain est celui d’un touche-à-tout. Athlète agile, il joue à un rythme tenace et ne craint pas le contact physique. Il apprécie surtout la vitesse et la camaraderie qui sont au cœur de ce sport.

Green considère le basket-ball comme « sa vie ». Il a connu une carrière remarquable en participant à tous les grands tournois depuis ses débuts en 2014 jusqu’en 2021, y compris les Jeux paralympiques de Rio 2016 et de Tokyo 2020. Il est aussi médaillé d’argent aux Jeux parapanaméricains de Toronto 2015 et de Lima 2019.

 

Blaise Mutware

Blaise Mutware participe à un match de basket-ball en fauteuil roulant pour le Canada

L’étoile de basketball en fauteuil roulant Blaise Mutware a fait ses débuts paralympiques aux Jeux de Tokyo 2020, seulement environ six ans après avoir commencé à pratiquer le sport. D’abord choisi pour faire partie de l’équipe nationale pour la première fois en 2019, Mutware a aidé le Canada à remporter la médaille d’argent aux Jeux parapanaméricains de Lima 2019, un résultat qui a qualifié la formation pour les Jeux de Tokyo.

Plus récemment, Mutware a participé aux Jeux parapanaméricains de Santiago 2023, où l’équipe canadienne a remporté la médaille de bronze et a manqué de peu la qualification automatique pour les Jeux paralympiques de Paris 2024. Mutware se concentre à aider l’équipe nationale à se qualifier pour ce qui serait ses deuxièmes Jeux paralympiques à lui, et ce, au prochain tournoi de repêchage masculin de l’IWBF qui aura lieu du 12 au 15 avril 2024 à Antibes, en France.

 

Faye Blackwood

Faye Blackwood images

Membre de longue date de la collectivité sportive canadienne dans plusieurs différents rôles, dont athlète, entraîneuse et administratrice, Faye Blackwood a plusieurs réalisations à son crédit et a été une immense contributrice pour la croissance du Mouvement paralympique au Canada. Membre du Temple de la renommée de l’Association canadienne de sports pour paralytiques cérébraux comme entraîneuse, elle a commencé à travailler avec des athlètes ayant un handicap il y a plus de 30 ans, notamment en athlétisme. Au cours de sa carrière elle a participé aux Jeux paralympiques de 1992 à Barcelone, de 1996 à Atlanta, de 2000 à Sydney et de 2004 à Athènes, a aussi travaillé plus particulièrement avec le programme paralympique d’Athlétisme Canada et a été impliquée comme entraîneuse de para-athlètes et dans la promotion du parasport.

 

Josh Karanja

Image de Jason Dunkerley et Josh Karanja célébrant leur médaille d'argent aux Jeux paralympiques de Londres 2012

Josh Karanja était déjà un athlète individuel accompli, y compris comme étoile américaine après avoir reçu une bourse d’études à l’Université Eastern Michigan, lorsqu’il a été mis en relation avec le coureur paralympique ayant une déficience visuelle Jason Dunkerley. Karanja est devenu le guide de Dunkerley en 2011 et, ensemble, le duo a été une force à surveiller sur la piste. Karanja a couru avec Dunkerley aux Jeux paralympiques de Londres 2012 et de Rio 2016. En 2012, ils ont gagné une médaille d’argent au 5 000 m et une de bronze au 1 500 mètres. Le duo a aussi gagné des médailles aux Jeux parapanaméricains de 2015 (or et argent) et aux Championnats du monde 2015 (argent).

 

Lou Gibson

Lou Gibson en compétition aux Jeux paralympiques de Vancouver 2010

Tandis que la première incursion de Lou Gibson dans le parasport a été en course en fauteuil roulant – il s’entraînait pour un triathlon au moment de sa blessure –, c’est en ski paranordique qu’il a connu le plus de succès. Gibson s’est qualifié pour les Jeux de Vancouver 2010 et y a fait ses débuts paralympiques non seulement à domicile, mais dans sa province d’origine. Le skieur assis a participé à cinq épreuves en biathlon et en ski de fond, et son meilleur résultat a été une 18e place à l’épreuve masculine de biathlon de 12,5 km assis.

 

George Quarcoo

George Quarcoo en compétition.

George Quarcoo est entraîneur d’athlétisme canadien d’origine ghanéenne et ancien sprinter. Il a mené une brillante carrière de sprinter. Quarcoo a commencé à perdre la vue à neuf ans et participe à des compétitions comme athlète classé T12, c’est-à-dire pour les athlètes qui ont une vision très faible dans les deux yeux, que ce soit au niveau de la distance qu’ils peuvent voir (acuité visuelle) ou de la largeur qu’ils peuvent voir (champ visuel).

Quarcoo s’est spécialisé aux 100 mètres et 200 mètres, et participé avec son guide Adam Johnson aux épreuves masculines de 100 m et de 200 m T12 aux Jeux parapanaméricains de Toronto 2015 où il a terminé 4e à la demi-finale du 200 m et 7e à la demi-finale du 100 mètres. Il a ensuite concouru avec le guide Dmitry Issajenko pour représenter le Canada aux Championnats du monde de para-athlétisme de 2017 et aux Jeux du Commonwealth Gold Coast 2018.