La paralympienne canadienne Jody Schloss devient personnelle dans un nouveau livre From Anguish to Hope

Les sports ont joué un rôle important dans la récupération de la cavalière de dressage après un grave accident
Schloss

Elle s’est battue pour son estime de soi à l’adolescence puis a trouvé la liberté quand elle était une jeune adulte avant qu’un accident de voiture ne lui inflige une grave blessure au cerveau et qu’elle doive se battre pour retrouver un sens à sa vie. 

Jody Schloss écrit sur son parcours sinueux dans son premier livre, From Anguish to Hope, qui a été publié en février dernier et qui peut être acheté dans différents points de vente. 

Un des premiers livres que la cavalière de Toronto a lu au cours de sa réadaptation a été sur une femme qui a survécu à une blessure au cerveau.

« Je me rappelle que j’aurais vraiment aimé écrire mon histoire pour donner à d’autres survivants l’espoir pour continuer d’essayer de récupérer », a dit Schloss, maintenant âgée de 49 ans, dans une entrevue par courriel avec Paralympic.ca. « J’ai découvert que j’ai beaucoup appris sur moi en écrivant. J’ai trouvé le processus très thérapeutique. »

Schloss, paralympienne en 2012, met beaucoup de renseignements, d’émotion, de drame, de philosophie et de compassion dans son livre de 125 pages qui peuvent se lire en moins de deux heures. Que les lecteurs soient handicapés ou non, Schloss partage plusieurs précieuses leçons de vie. 

L’histoire a un élément unique. Le contenu est parsemé de plusieurs poèmes écrits par Schloss. La poésie est une forme de thérapie pour l’auteur.

« J’ai écrit [des portions du livre] en poésie, parce que beaucoup de ce sur quoi j’écrivais était trop émotif pour l’écrire en prose longue et fatidieuse », dit-elle. « J’ai écrit des poèmes quand j’étais furieuse… c’était une manière de ventiler sans devenir physiquement en colère. »

En 1996, la vie de Schloss a été bouleversée quand elle a été impliquée dans un accident de voiture qui l’a laissée quatre mois dans le coma et qui a tué son ami. Schloss a été diagnostiquée avec une blessure au cerveau. Elle n’est pas paralysée, mais a besoin d’un fauteuil roulant parce qu’elle a de la difficulté avec la coordination musculaire et elle a aussi un défaut de prononciation.

Malgré le divorce de ses parents, elle se rappelle avoir eu une enfance heureuse et un frère omniprésent, Michael Schloss. L’acceptation de soi a été difficile dans son adolescence parce qu’elle est « devenue une nouvelle personne » à l’université. Elle a étudié à l’Université de la Colombie-Britannique et a beaucoup voyagé avant l’accident pendant ses vacances. 

Dans une des portions les plus poignantes du livre, Schloss décrit une fin heureuse à une vacances dans une poème.

« …des questions pouvaient être répondues simplement en regardant nos bronzages,
nos sacs remplis de souvenirs des marchés,
certificat de plongée sous-marine… »

Tandis que l’histoire se termine en 2009, avant ses exploits avec l’équipe canadienne de paradressage, Schloss a toujours été une personne active et elle savait qu’il était important de refaire du sport après l’accident.

Le premier sport qu’elle a essayé a été la paravoile dans lequel elle a découvert de nouveau la liberté. Un autre sport qui a valorisé la femme originaire d’Edmonton a été le ski assis qui a favorisé son besoin d’aventure. Le 12 septembre 2006 elle a fait parachutisme et a décrit cela comme « beau et relaxant. »

Schloss décrit les nombreuses phases de sa récupération tout en obtenant un baccalauréat en psychologie et en anglais ainsi qu’un diplôme comme aide enseignante. Elle voulait être professeur pour les enfants ayant des besoins spéciaux, spécifiquement les enfants sourds et est niveau 3 en langage américain des signes. Elle continue de travailler bénévolement dans ce service.

Présentement, Schloss espère être membre de l’équipe para-équestre canadienne pour les Jeux paralympiques de cet été à Tokyo. Elle est classée troisième nationalement.

« Je m’entraîne et je monte mes deux chevaux cinq fois par semaine », dit-elle. « Je fais de la physiothérapie deux jours par semaine et je marche sur la machine et je fais toujours des Pilates. J’ai aussi un programme d’exercices à la maison que j’essaie de faire chaque jour. 

« J’espère aller à Tokyo. »

Schloss dit qu’elle planifie aussi écrire une suite sur sa carrière de cavalière.

*** 
Le libre de Schloss est maintenant disponible imprimé et en version eBook aux liens suivants:

Amazon (Imprimé ou eBook Kindle) 

Indigo (eBook Kobo)