Série de reportage souvenirs: Le légendaire paralympien Walter Wu est empathique pour les athlètes d’aujourd’hui coincés dans la crise

Le nageur a produit une des plus brillantes carrières par un paralympien canadien
Swimmer Walter Wu celebrates after winning a race at the Athens 2004 Paralympic Games

RICHMOND, C.-B. – Walter Wu a produit une des plus brillantes carrières par un paralympien canadien, mais il admet que ses pensées actuellement vont aux athlètes qui voient leurs rêves sportifs potentiellement capoter à cause d’une pandémie.

« Je pense à tous ceux qui s’entraînent présentement », a dit le champion paranageur de 47 ans maintenant. « C’est tellement un gros inconnu. Dans une année paralympique, vous mettez votre vie sur pause. Maintenant ils doivent faire cela pendant deux ans et les Jeux ne sont tout de même pas certains. Donc, c’est un gros obstacle psychologique. »  

Wu souffre de déficience visuelle depuis la naissance. Il a été diagnostiqué aveugle pour les couleurs et a moins de 10% de vision dans son œil droit et 5% dans son oeil gauche.

Il a participé à quatre Jeux paralympiques de suite: Barcelone 1992, Atlanta 1996, Sydney 2000 et Athènes 2004. Il a gagné 14 médailles (huit d’or, quatre d’argent et deux de bronze), toutes obtenues dans ses trois derniers Jeux (six à Atlanta, cinq à Sydney et trois à Athènes).

Il est le sixième paralympien d’été canadien le plus décoré. Il détient toujours trois records canadiens.

Pours Wu, être couronné champion des Jeux paralympiques et avoir l’hymne national être joué en son honneur avec ses parents présents dans les gradins constitue un des meilleurs souvenirs dans le sport.

« À Sydney, j’ai en fait gagné une médaille d’or le jour de la fête de ma mère, donc c’était un moment vraiment spécial », dit-il. « Athènes a été les seuls Jeux où mes deux parents ont été présents  et c’était toute une sensation qu’ils puissent voir ma dernière médaille d’or. »

Wu est reconnaissant pour les leçons de vie qu’une carrière dans le sport fournit.

« Mes parents m’ont encouragé à faire du sport », dit-il. « Toutes les choses que j’ai apprises par le sport, comme établir des objectifs, la gestion du temps, la ponctualité, sont toutes des choses que j’utilise encore aujourd’hui. J’ai une vie très régimentée, donc je sais ce que je fais à chaque heure. J’aime tout planifier, encore aujourd’hui.

« À cause du sport, je n’ai jamais laissé mon handicap être une barrière pour rien. Le sport est une excellente manière de développer le potentiel de quelqu’un et vous pouvez appliquer ce que vous avez appris dans le monde réel. »

Wu travaille présentement pour Wireless Wave dans les ventes à Richmond et se garde en forme en courant.

« Je suis toujours actif et j’aime travailler dans l’électronique. La meilleure partie du travail pour moi est de parler aux gens.

« Cela me manque maintenant parce que tout le monde doit aller et venir si rapidement. »

Tout comme il était dans la piscine.

La série de reportages Souvenirs est un groupe de reportages complémentaire sur certains des athlètes présentés dans la Super Série paralympique Souvenirs, une série numérique en 10 épisodes présentant des moments canadiens des Jeux paralympiques de Sydney en 2000, Athènes en 2004 et Beijing en 2008. Pour obtenir plus de renseignements sur la Super Série paralympique Souvenirs, visitez: Paralympique.ca/super-serie-paralympique

Précédents reportages de la série Souvenirs: 
ÊTRE PORTE-DRAPEAU DU CANADA AUX JEUX PARALYMPIQUES EST UN HONNEUR

LA PAUSE DE LA COVID-19 PERMET À WALKER-YOUNG DE RÉFLÉCHIR ET DE PASSER PLUS DE TEMPS AVEC SA FAMILLE

SAVOUREZ L’EXPÉRIENCE DES JEUX, DIT LE LÉGENDAIRE PARALYMPIEN RICHARD PETER

DANIELLE CAMPO MCLEOD EST EXCITÉE D’AIDER LES AUTRES À ATTEINDRE LEURS OBJECTIFS

ANDREW HALEY A ÉTÉ INSPIRÉ PAR DES COÉQUIPIERS POUR DEMEURER EN CONTACT AVEC LE MOUVEMENT PARALYMPIQUE

Swimmer Walter Wu on the podium at the Athens 2004 Paralympic Games