Alors qu’il avait quatre ou cinq ans, Rob Shaw s’est mis à s’intéresser aux sports. Maintenant, à l’âge de 29 ans, il croit qu’à l’époque, il voulait simplement être comme son grand frère.  

 

 

« Comme il était sportif, je voulais aussi être sportif »,  dit Rob.  

Le sport n’était pas juste une activité que son frère pratiquait. C’est ce que faisaient tous les jeunes de sa ville natale de North Bay en Ontario.   

« Comme la plupart des jeunes du nord de l’Ontario, tu pratiques le plus de sports possible. Tu as accès à tout. Le hockey, le badminton, le tennis, le soccer, le golf, le frisbee – toute la gamme de sports imaginables. » 

C’est le tennis qui est devenu le sport de choix de Rob. 

« Ça cadrait parfaitement avec mon niveau d’énergie élevé », dit-il. Le rythme rapide du jeu, l’actualisation constante de points, les allers-retours. Ça lui ressemblait.  

Être entraîneur aussi.  À l’âge de 14 ans, Rob a commencé à être entraîneur de tennis pour d’autres jeunes, au club local. Quelques années plus tard, Rob est devenu entraîneur certifié de tennis en fauteuil roulant. North Bay ne disposait que de quatre fauteuils roulants pouvant être utilisés pour jouer au tennis, mais le programme s’est avéré très populaire dans la petite ville.  

« C’est intéressant », dit-il maintenant. « Je m’étais familiarisé avec ce sport avant ma blessure, avant d’être handicapé. » 

En 2011, à l’âge de 21 ans, Rob a subi une blessure à la colonne vertébrale lors d’un accident dans la piscine familiale.  

« Je m’amusais à plonger dans la partie profonde à partir de la partie peu profonde.  Il y a un petit rebord tout le tour de la piscine. Mon pied est resté pris dans ce rebord et ma trajectoire a changé. » 

La tête de Rob a frappé le bord de la piscine.  Cela a provoqué un premier glissement de ses vertèbres C5 et C6 qui ont glissé de nouveau pour se remettre en place. Il y a eu pincement du cordon médullaire, ce qui a  entraîné une paralysie à long terme.   

Les traumatismes médullaires sont « pas mal courants chez les hommes », précise Rob.  

Au Canada, environ 86 000 personnes vivent avec un traumatisme médullaire et il y a près de 4 300 nouveaux cas chaque année. Les lésions traumatiques à la moelle épinière se produisent le plus souvent chez les hommes âgés de 20 à 29 ans. 

Trois mois après s’être blessé, Rob était déjà de retour sur le court. C’était important pour lui de recommencer à être actif et de poursuivre son engagement communautaire par le biais du sport.  

« Ma communauté me soutient où que ma carrière en tennis m’emmène », dit Rob. « Ils partagent mes triomphes dans le journal local et en ligne. » 

Ils ont eu pas mal de choses à publier récemment. En août dernier, Rob a écrit une page d’histoire à Lima, au Pérou aux Jeux parapanaméricains de 2019 : il est devenu le premier joueur de tennis canadien – non handicapé ou en fauteuil roulant – à remporter une médaille à des Jeux multisports en simple.   

Les gens de son patelin le regardaient.  

« Je sens que j’ai 51 000 supporteurs à North Bay », dit-il.  « Je fais de mon mieux pour que ma ville soit fière de moi. »  

Vous pouvez faire en sorte que des athlètes comme Rob ont accès au sport au Ontario.

 

Cliquez ici pour en savoir plus sur vos athlètes canadiens et Rob.

 

Faites un don maintenant par l'entremise de CanaDon.org!