Commémoration du Mois national de l’histoire autochtone : 11 faits sur Colette Bourgonje

Comité paralympique canadien

16 juin, 2021

L’athlète a participé à dix éditions des Jeux paralympiques en ski paranordique et course en fauteuil roulant

soc14_pn_CBourgonje_crscountry_5km_sitting_mm_10_0.JPG

La paralympienne la plus prolifique de l’histoire canadienne, Colette Bourgonje a vaincu des obstacles toute sa vie. L’athlète métisse a pris part à la fois aux Jeux d’été (course en fauteuil roulant) et aux Jeux d’hiver (ski paranordique). 

Sa grande influence positive sur le parasport se fait sentir partout sur la scène canadienne et internationale. En l’honneur du Mois national de l’histoire autochtone, nous voulons saluer ses nombreuses réalisations. Voici quelques faits pour mieux connaître la polyvalente légende sportive : 

•    Elle est originaire de Porcupine Plain en Saskatchewan où elle a grandi en faisant beaucoup de sport. Elle a même fait de la compétition au niveau national en course sur terrain. 

•    Elle est la première personne avec un handicap à s’être inscrite en éducation physique à l’université de la Saskatchewan peu après s’être blessée dans un accident de voiture à l’âge de 18 ans. Quatre ans plus tard, elle était la première à obtenir un diplôme.  

•    À Saskatoon, l’école Colette Bourgonje et la rue Bourgonje Crescent ont été nommées en son honneur. L’école publique qui porte fièrement son nom accueille des élèves de la maternelle jusqu’à la huitième année.   

•    Le système d’écoles publiques de la Saskatchewan lui tient à cœur. Pendant longtemps, elle a d’ailleurs enseigné à de jeunes élèves parallèlement à son entraînement d’athlète d’élite. 

•    C’est en 1992 qu’elle a fait ses débuts paralympiques. Elle avait alors 30 ans. La même année, elle prenait part aux compétitions de ski paranordique des Jeux d’Albertville, et à celles de course en fauteuil roulant des Jeux de Barcelone. Elle est la première Canadienne à avoir participé aux Jeux paralympiques d’été et d’hiver. 

•    Elle a ensuite fait partie de l’équipe paralympique de trois éditions des Jeux d’été (Barcelone, Atlanta et Sydney) et de sept éditions des Jeux d’hiver (Albertville, Lillehammer, Nagano, Salt Lake City, Turin, Vancouver et Sotchi). À 52 ans, elle a pris sa retraite après les Jeux de Sotchi, soit 22 ans après ses premiers Jeux paralympiques.

•    En dix participations paralympiques, elle a récolté dix médailles : deux de bronze en course en fauteuil roulant (1992 et 1996) et trois d’argent et trois de bronze en ski de fond assis (deux d’argent en 1998, deux de bronze en 2006 et une d’argent et une de bronze en 2010). 

•    Lors des Jeux paralympiques de 1998 à Nagano, elle a été porte-drapeau de la cérémonie de clôture, et en 2010 à Vancouver, elle était la première athlète du pays à remporter une médaille en sol canadien quand elle a inauguré la récolte de l’unifolié.  

•    Elle milite en faveur du pouvoir du sport et des bienfaits de l’activité physique, et elle travaille activement à faire découvrir les possibilités en parasport à un plus grand nombre de personnes. On lui doit d’avoir découvert Brittany Hudak alors que celle-ci travaillait au Canadian Tire de Prince Albert en Saskatchewan. Elle a approché la jeune femme de 18 ans en lui demandant si elle avait déjà entendu parler du ski paranordique, et elle l’a encouragé à essayer. Les deux athlètes se sont ensuite retrouvées dans l’équipe des Jeux de Sotchi en 2014. Britanny Hudak est maintenant médaillée paralympique et elle s’entraîne en vue de ses troisièmes Jeux. Plus récemment, Colette Bourgonje s’est vu confier le rôle d’ambassadrice sportive de l’événement Connexion 2021 du Comité paralympique canadien qui visait à faire découvrir à plus de Canadiennes les possibilités offertes par le parasport.  

•    Aujourd’hui, elle est entraîneure de ski de fond à Prince Albert où elle se réjouit d’avoir la chance d’être active, d’enseigner son art et de vivre des aventures en plein air grâce au sport. 

•    Ses exploits lui ont valu une place bien méritée au panthéon de nombreux temples de la renommée. Cette année, elle a été intronisée au Temple de la renommée des sports de la Saskatchewan. En 2019, c’est le Temple de la renommée paralympique canadienne et le Panthéon des sports canadiens qui lui ont fait cet honneur. Elle figure au Temple de la renommée de la Fondation canadienne des personnes ayant un handicap physique depuis 2010.